Français Scandal of the month Shelley’s Art Musings

Le scandale de l’art de Shelley – Quand l’art devient-il de la pornographie ?

Gustave Courbet – L’origine du monde – 1866

Ce sujet est très délicat à mon avis. Il existe de nombreuses peintures à travers les âges qui montrent des femmes nues se prélassant en exhibant leur féminité, de même qu’il existe une abondance de statues qui montrent des hommes se tenant debout, luttant ou chassant nus. On les considère généralement comme de l’art classique, parce que quelqu’un a pris le temps de les peindre ou de les sculpter dans les moindres détails, alors que, comme aujourd’hui, s’il s’agissait d’une photo de la même image, elle serait probablement considérée comme obscène ou pornographique.

Je me souviens, dans les années 90, d’avoir écouté le comédien Bill Hicks lors de sa tournée “Relentless”, et il y a un morceau de ce spectacle qui m’a toujours marqué, peut-être parce que c’était l’humour d’observation qui a fait mouche :-

“Personne ne sait ce qu’est la pornographie, c’est ça le problème. La Cour suprême des États-Unis dit que la pornographie est tout acte qui n’a pas de valeur artistique et qui provoque des pensées sexuelles, c’est-à-dire qu’il y a une définition : “Pas de valeur artistique – provoque des pensées sexuelles”.” Eh bien, cela ressemble à toutes les publicités à la télévision pour moi “

Hicks poursuit en expliquant comment le sexe se vend, et selon la définition de la Cour suprême, il y a beaucoup de choses qui pourraient être considérées comme de la pornographie selon ces normes, et je pense que c’est juste. Qui doit juger ce qu’une personne trouve artistique et une autre érotique ? Cette déclaration se heurte également à des problèmes profonds avec ceux qui sont attirés par les objets inanimés (objectophilie), j’imagine que nous avons tous entendu parler de la femme qui a épousé la Tour Eiffel, ce qui en soi est un grand exploit d’ingénierie et a une valeur artistique, mais parce qu’une personne trouve cela sexuellement attirant, cela le rend-il pornographique ? 

Il y a évidemment des choses qui sont simplement créées pour le seul usage du plaisir sexuel, mais au fil des âges, les artistes se sont heurtés à contrarier leur public à maintes reprises avec des images qu’ils ont créées avec amour, et pourtant les spectateurs considèrent que c’est grossier et indécent dans la froide lumière du jour.

Pour la photo de fond de cet article, j’ai utilisé “L’origine du monde” de Gustave Courbet. Ce tableau n’a jamais vraiment été créé pour une exposition publique, car il a été commandé pour un acheteur privé, que l’on pensait être Khalil-Bey, un socialiste turco-égyptien vivant à Paris dans les années 1860. Il possédait une vaste collection d’œuvres d’art célébrant le corps féminin, mais il a tout perdu à cause de dettes de jeu. On ne sait pas très bien ce qui est advenu du tableau entre cette date et 1995, mais il a été exposé au musée d’Orsay et appartenait au psychanalyste Jacques Lacan.

“L’Origine du monde” est l’exemple même d’un paradoxe artistique, car c’est l’un des tableaux les plus célèbres qui a été rarement vu, et vous pouvez comprendre pourquoi il n’a pas été exposé publiquement au cours des années 1800. Ce tableau a échappé à l’appellation pornographique en raison de sa palette ambrée raffinée, mais pour moi il y a deux façons de voir les choses. La première étant qu’il s’agit d’une célébration de l’origine de la vie, d’un rappel de la terre mère et de la façon dont les organes génitaux féminins détiennent la clé du début de toute vie humaine ; mais l’autre pourrait voir cela comme une amplification de la femme pour qu’elle ne soit plus qu’un objet sexuel, son visage invisible, se concentrant simplement sur les parties qui sont importantes.

Le tableau a été créé avec une exactitude anatomique, et bien qu’il s’agisse d’une interprétation franche, elle n’a rien de grossier. Il n’était pas rare que Courbet peigne des nus, mais cette peinture était révolutionnaire compte tenu de son objectif. Personnellement, je pense que cette peinture est belle dans son ouverture d’esprit, mais elle pose encore des problèmes aujourd’hui.

en 1994, la police française a saisi un livre chez tous les vendeurs qui avait une reproduction de “L’Origine du monde” comme couverture de livre, et les plateformes de médias sociaux comme Facebook ont censuré les publications de cette image, désactivant les comptes qui la publient. Ce type de comportement donne l’impression qu’il y a quelque chose de mal ou de contre nature dans ce type d’œuvre d’art, ce qui peut entraîner des réactions négatives, et c’est parce que la frontière entre artistique et pornographique est si floue… nous pourrions réfléchir ici sur l’image médiatique des femmes si nous voulions vraiment nous plonger dans une profonde réflexion ici, car si les poils pubiens n’étaient pas une tendance à la mode à prendre en considération dans les années 1800, aujourd’hui les femmes sont épilées et cirées, tout cela à cause de la façon dont les médias en présentent une bonne image positive.

Le 29 mai 2014, Deborah de Robertis, a décidé de rendre hommage à cette peinture, en entrant dans le musée qui l’abrite, et en s’asseyant devant elle, exposant son propre vagin dans un acte d’art performance. Elle a ensuite été emmenée par la police pour exhibitionnisme sexuel. Alors, qu’est-ce qui s’est passé de l’image du torse à celle d’un modèle vivant montrant ses propres organes génitaux ? De Robertis s’est montrée de façon très détaillée. Dans la pièce qu’elle appelle “Mirror of Origin”, elle a dit que Courbet n’avait pas montré l’œil du vagin, le trou noir, cet œil caché, cet abîme, qui, au-delà de la chair, renvoie à l’infini, à l’origine de l’origine”. À mon avis, cela a permis de passer d’une situation de fait à une vision du corps d’une femme qui n’est destinée qu’à ceux avec qui elle choisit de le partager. Ce n’est pas quelque chose que je voudrais voir exposé en public, mais l’art est subjectif, et De Robertis a estimé qu’il manquait quelque chose dans la représentation de Courbet, et voulait lui donner une chance d’y remédier.

Mirror of Origin – Deborah De Robertis – 2014
Miroir d’origine – Deborah De Robertis – 2014

Il y a beaucoup d’autres nus sur lesquels je pourrais écrire pour répondre à ce sujet, mais je ne vais vraiment me concentrer que sur l’un d’entre eux, car je pense qu’il est particulièrement pertinent pour ce sujet. “Olympia” d’Édouard Manet. Elle a du cran, n’est-ce pas ? Elle vous regarde fixement depuis la toile, accepte le fait qu’elle soit nue et se réjouit du fait que quelqu’un la regarde, ainsi que de la présence de sa bonne, pendant que cet acte de voyeurisme se produit. 

Olympia – Édouard Manet – 1863
Olympia – Édouard Manet – 1863

Bien que cette peinture n’ait été achevée que trois ans avant “L’Origine du monde”, elle a choqué le public, non pas parce qu’elle était nue, mais parce qu’il s’agissait clairement d’un portrait nu d’une prostituée. Le modèle pour “Olympia” était Victorine Meurent (d’ailleurs, dans la vie réelle, elle était une artiste à part entière). La présomption d’être prostituée provenait des symboles qui avaient été ajoutés – l’orchidée dans ses cheveux, le bracelet et le châle oriental sur lequel elle se prélasse. Tous ces symboles indiquaient la sensualité et la richesse. Son regard indiquant qu’elle est à l’aise pour être vue nue, sa main qui couvre confortablement ses parties génitales, indiquant l’indépendance sexuelle et un accès restreint, uniquement pour les clients payants. La pantoufle, suspendue à son pied, donne une atmosphère voluptueuse.

Le tableau s’inspire de la “Vénus” de Titien, dont on sait qu’elle est la déesse de l’amour et de la sexualité, la différence avec le tableau de Manet à Titien est le regard du sujet.

Venus – Titian – 1538
Venus – Titian – 1538

Bien que Vénus ait vraiment la même pose, les autres personnes présentes dans la pièce ne sont pas au centre de l’attention, et le regard de Vénus est moins direct, presque dubitatif dans son sang-froid, mais les traits de l’indépendance sexuelle et du luxe sont toujours présents.

Il y a eu aussi le cas où “Olympie” a été jugée trop mince, ce qui a rendu le tableau plus indécent car la rondeur était considérée comme attrayante, et les silhouettes minces comme ouvertement sexuelles (oh comme les temps ont changé).

Lorsque “Olympia” a été exposé pour la première fois au Salon de Paris en 1885, il a provoqué un tollé, étant étiqueté comme immoral et dépravé. Il convient de noter ici que la bonne sur cette photo a été modelée par Laure et on a eu le sentiment qu’au fil des ans, elle a été négligée car elle n’est là que pour mettre en valeur l’aspect conflictuel d'”Olympia”. Le tableau a été achevé quinze ans après l’abolition de l’esclavage, mais le racisme est toujours présent, et le regard d’Olympia est presque dédaigneux pour les fleurs présentées. Il y a un contraste saisissant entre les figures féminines du même tableau. 

Il y a beaucoup de choses que je pourrais écrire sur “Olympia”, mais pour les besoins de cet article, elle est là pour servir l’objectif de la façon dont une expression faciale peut changer l’opinion des spectateurs, d’une belle femme se prélassant discrètement sur un canapé, à des sentiments conflictuels d’indépendance sexuelle. Ce simple changement a intimidé les premiers spectateurs, faisant passer cette pièce d’un intérêt artistique à une autre qui repousse les limites de son public. 

Pour tous ceux qui ont vu le journal “The Sun” – ils montraient d’habitude une jeune fille en page 3. Il s’agissait en général d’une femme qui posait les seins nus, en regardant la caméra. Cela n’a jamais été considéré comme de l’art, mais plutôt comme de la pornographie “softcore”. Elle était habituellement souriante et attirante pour les lecteurs et avait une citation vide de sens sur la façon dont la femme aimait les longues promenades sur la plage. Ce n’est vraiment pas si loin de ce que Manet a créé à Olympia, une femme qui est sexuellement ouverte et heureuse que les hommes et les femmes la regardent.

Il n’y aura jamais de bonne réponse à cette interrogation quand l’art devient de la pornographie. Cela dépend vraiment de la limite du spectateur. Il est beaucoup plus facile de contrarier quelqu’un qui est sexuellement refoulé par des images de nus que quelqu’un qui est peut-être plus explorateur, et c’est la raison principale pour laquelle ce type de peintures a été réalisé sur commande plutôt que de faire partie du répertoire naturel de l’artiste. Les artistes courent toujours le risque d’être au centre d’une controverse par une offense involontaire. Mais comme la vie serait ennuyeuse sans opinion divergente !

Pour mieux connaître ce sujet, continuez cette passionnante aventure en cliquant sur: Amazon FranceAmazon USAmazon CanadaAmazonSpanish, Google BooksAppleKobo,  Barnes&Nobel, ScribdDecitre, Librairiecharlemagne, Les Libraires  Overdrive, Numilog, Parkstone InternationalEbook Gallery.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap
%d bloggers like this: