Art Arte Video Ebook Français

Le Bauhaus

Le mouvement de Bauhaus est l’une des émergences culturelles les plus importantes et conséquentes du 20e siècle. Fondé par Walter Gropius en 1919 à Weimar, il fête cette année son 100e anniversaire.

Le texte ci-dessous est l’extrait du livre L’art du XXe siècle: écrit par Dorothea Eimert , publié par Parkstone International.

Autour de 1900, dans divers pays, le puissant élan technique et économique donne naissance à des associations d’artisans dont le but est la promotion de l’innovation dans les arts appliqués et l’architecture grâce à une meilleure conception de la fabrication artisanale.

C’est au sein du Bauhaus que les aspirations de ces associations d’artisans trouvent à s’épanouir. L’idée d’oeuvre d’art totale, qui date du Moyen-âge, doit être réformée. Le Bauhaus est fondé en 1919, à Weimar, par l’architecte Walter Gropius. Les concepts élémentaires de forme, de couleur, de matériau sont mis à l’épreuve, de même que leurs interactions, sous la houlette d’artistes renommés, qu’on appelle les « maîtres ». Le Bauhaus, désireux de se mettre au service du monde industriel, aspire à l’unité de toutes les disciplines artisanales : peinture, sculpture, artisanat et arts décoratifs, autant d’éléments indissociables censés converger vers l’architecture. L’artiste doit quitter son ghetto et collaborer avec les artisans et l’industrie. Walter Gropius parvient à amener des artistes d’ores et déjà renommés à s’engager au sein du Bauhaus. La réputation de cette école repose aujourd’hui encore sur l’aura de ces personnalités. Viennent en tête Paul Klee et Vassily Kandinsky : ils dirigent les ateliers de peinture verrière et de peinture murale. L’imprimerie est sous la responsabilité de Lyonel Feininger : la poterie, sous celle de Gerhard Marcks : Georg Muche supervise le tissage. Oskar Schlemmer prend quant à lui la tête des deux classes de sculpture, sur bois et sur pierre : en outre, à partir de 1923, il assure également la direction du théâtre du Bauhaus (après le départ de Lothar Schreyer). Johannes Itten, Lászlò Modoly-Nagy et, finalement, Josef Albers, dirigent les cours préparatoires et élémentaires.

Paul Klee, Villa R, 1919.
Óleo sobre cartulina, 26,5 x 22 cm.
Kunstmuseum, Bâle.

En 1926, le Bauhaus déménage de Weimar à Dessau, à la suite de quoi il subit une restructuration. L’idéologie fondamentale de Johannes Itten, laquelle insiste sur la perceptibilité sensuelle de la couleur et de la qualité des matériaux, quitte le devant de la scène au bénéfice du basic design. Les forces dynamiques et les fonctions des matériaux sont mises en question.

bauhaus-1
Piet Mondrian, Composition en rouge, bleu, noir, jaune et gris, 1921.Huile sur toile, 76 x 52,4 cm. Don de John L. Senior, Jr., The Museum of Modern Art, New York.
Bauhaus-2
Oskar Schlemmer, Bauhaustreppe, 1932.Huile sur toile, 162,3 x 114,3 cm. The Museum of Modern Art, New York.

Les membres du Bauhaus publient divers essais, dont celui de Josef Albers, qui traite de l’étude des formes émancipées de tout sens. Il s’agit de vérifier l’adéquation des matériaux modernes, ainsi que leurs possibilités de mise en oeuvre fonctionnelle et esthétique. Leurs essais sont notamment axés sur la production en série, ce qui s’avère intéressant pour l’industrie. Albers commente :

« En cette ère à forte orientation économique, il importe de privilégier un façonnage rentable, lequel est défini par des facteurs tels que la fonction et le matériau. L’étude du matériau précède la connaissance de la fonction […] »

bauhaus-5
Josef Albers, Hommage au carré, 1964.Huile sur carton, 78 x 78 cm.
Tate Gallery, Londres.

Le Bauhaus prône un mode de pensée autonome et constructif, ainsi que l’expérimentation de matériaux inusités, tels que la paille, le papier, la cellophane, le papier peint, le carton ondulé, les journaux, la toile métallique, les étiquettes, les lames de rasoir… « La réflexion est l’usure la moins chère » est leur slogan. Chaque élément doit être équivalent. La pensée spatiale, la vision nouvelle, l’observation précise, le meilleur ressenti des matériaux en termes de structures, de matières premières, de surfaces, sont autant d’innovations qui survivront à la Seconde Guerre mondiale et qui bénéfécieront à nombre de courants artistiques.

Lyonel-Feininger-Gelmeroda-IX
Lyonel Feininger, Gelmeroda IX, 1926.Huile sur toile, 108 x 80 cm.
Museum Folkwang, Essen.

Les nazis ferment le Bauhaus en 1933. Après la Seconde Guerre mondiale, l’école supérieure de design d’Ulm tentera de perpétuer la tradition du Bauhaus. Max Bill, qui assura le rectorat de cette école pendant quelques années, enseigna au Bauhaus entre 1927 et 1929. En 1931, il rejoint le groupe Abstraction- Création, et devient chargé de cours à l’École des Arts appliqués de Zurich en 1944. Fidèle à l’enseignement dispensé par Albers au sein du Bauhaus, son oeuvre sculptural, caractérisé par un mouvement si « pur et naturel » extrêmement impressionnant, des volumes sans fin et des espaces enroulés, semblent tout droit sorties du flot « originel » d’une feuille de papier continue.

bauhaus-4
Max Bill, Torsion infinie (Curva infinita), 1953-1956.Bronze, 125 x 125 x 80 cm. Openluchtmuseum voor Beeldhouwkunst Middelheim, Anvers.

Pour mieux connaître , continuez cette passionnante aventure en cliquant sur: Amazon US, AmazonFrance, numilog, youboox, Decitre, Chapitre, FnacFrance, FnacSwitzerland, Librairiecharlemagne.com, Bookeen, Cyberlibris, Ebook Gallery, GoogleBook, Amazon Canada, Renaud-Bray, Archambault, Les Libraires, Overdrive, ITunes, Kobo, Parkstone.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.