Diego Rivera et Frida Khalo. Encore?

Sans paraitre médisante, il semble que peut-être nous aurions fait le tour de la question depuis le temps. Depuis le temps que l’on entend parler de ces deux-là, à grands coups de biographies, d’ouvrages généraux, de recherches studieuses d’étudiants fascinés, d’expositions et autres films.

Cependant, peut-on réellement se lasser des œuvres de Frida ? La souffrance, la joie, son amour pour Diego et sa famille, l’étrangeté et la richesse de sa vie… Tout transparait dans sa toile qui devient le prolongement d’elle-même. À mon sens, Frida Kahlo est l’artiste qui (dé)peint le mieux la souffrance et les émotions passionnées poussées à leur paroxysme. Bien plus que ses contemporains Munch ou encore Schiele par exemple, qui pourtant savaient parfaitement exprimer toute leur détresse.

Frida Kahlo (Mex¬i¬can, 1907 – 1954). Diego on My Mind, 1943. Oil on Masonite, 29 7⁄8 x 24 inches. The Jacques and Natasha Gel¬man Col¬lec¬tion of 20th Cen¬tury Mex¬i¬can Art. The Vergel Foun¬da¬tion. Conaculta/INBA. © 2013 Banco de Méx¬ico Diego Rivera Frida Kahlo Muse¬ums Trust, Mex¬ico, D.F. /Artists Rights Soci¬ety (ARS), New York. Used with per¬mis¬sion from the Nelson-Atkins Museum of Art.
Frida Kahlo (Mexican, 1907 – 1954). Diego on My Mind, 1943. Oil on Masonite, 29 7⁄8 x 24 inches. The Jacques and Natasha Gel¬man Collection of 20th Century Mexican Art. The Vergel Foundation. Conaculta/INBA. © 2013 Banco de México Diego Rivera Frida Kahlo Museums Trust, Mexico, D.F. /Artists Rights Society (ARS), New York. Used with per¬mis¬sion from the Nelson-Atkins Museum of Art.

La beauté de ses œuvres fait qu’on en oublie aujourd’hui presque les fresques de Diego, alors qu’elle avait longtemps été « l’épouse de Diego Rivera » de son vivant. Presque, car comme le montre cette fresque réalisée par la troupe nantaise Royal de Luxe de retour du Mexique justement, l’art de Diego Rivera est encore et toujours dans les esprits. Cette fresque qui relate l’histoire de la ville a été peinte délibérément « à la manière de Rivera ».  En France. A Nantes. En 2011.

El Xolo – Le Mur tombé du ciel, Royal de Luxe à Nantes, 2011.
El Xolo – Le Mur tombé du ciel, Royal de Luxe à Nantes, 2011.

3Au-delà des peintures murales connues de tous, l’on connait moins les œuvres plus intimistes et plus poétiques réalisées par l’artiste tel que ce portrait, visible à Kansas City dans le cadre de l’exposition Frida Kahlo, Diego Rivera and masterpieces of modern Mexico.

Diego Rivera (Mex¬i¬can, 1886 – 1957). Por¬trait of Mrs. Natasha Gel¬man, 1943. Oil on can¬vas, 45 ¼ x 60 ¼ inches. The Jacques and Natasha Gel¬man Col¬lec¬tion of 20th Cen¬tury Mex¬i¬can Art. The Vergel Foun¬da¬tion. Conaculta/INBA. © 2013 Banco de Méx¬ico Diego Rivera Frida Kahlo Muse¬ums Trust, Mex¬ico, D.F. /Artists Rights Soci¬ety (ARS), New York. Used by per¬mis¬sion from the Nelson-Atkins Museum of Art.
Diego Rivera (Mexican, 1886 – 1957). Portrrait of Mrs. Natasha Gelman, 1943. Oil on canvas, 45 ¼ x 60 ¼ inches. The Jacques and Natasha Gelman Collection of 20th Cen¬tury Mexican Art. The Vergel Foundation. Conaculta/INBA. © 2013 Banco de México Diego Rivera Frida Kahlo Museums Trust, Mex¬ico, D.F. /Artists Rights Society (ARS), New York. Used by permission from the Nelson-Atkins Museum of Art.

Faut-il ENCORE parler de Diego Rivera et Frida Kahlo ? Oui définitivement.

Alors, si par un heureux hasard, vous vous trouvez à Kansas City allez à tout prix vous délecter des œuvres de Diego et Frida et découvrir d’autres, mais non moins talentueux, artistes Mexicains contemporains au Nelsons-Atkins Museum of arts. Et si, comme moi vous n’allez pas vous rendre aux États-Unis dans un futur proche (ni même lointain), vous pouvez toujours jeter un coup d’œil à cet ouvrage, qui aura le mérite de vous faire rêver.