Français

Monet : un pont vers la modernité

Dès 1873, Claude Monet se sert du motif du pont pour exprimer sa nouvelle esthétique : celle de la modernité. En effet, le pont, symbole de l’ère industrielle, permet à l’artiste de représenter l’évolution de la société. D’abord parce que les ponts sont désormais fabriqués avec des matériaux nouveaux : le fer et l’acier sont à l’honneur. Mais aussi parce qu’il est symbole d’un nouveau monde, celui de la classe ouvrière. Il est la passerelle entre Paris et ses environs, le lieu de passage des trains de marchandises.

Claude Monet, Le Pont Waterloo, Londres, 1900. Huile sur toile, 65 x 100 cm. Gallery of Modern Art, Dublin.
Claude Monet, Le Pont Waterloo, Londres, 1900. Huile sur toile, 65 x 100 cm. Gallery of Modern Art, Dublin.

C’est à Argenteuil, ville dans laquelle Monet s’installe en 1871, que le peintre trouve son premier modèle. Ce pont, à la structure métallique en arc, il le peignit sept fois. Non loin de ce dernier, il y a aussi le pont du chemin de fer, qu’il représenta quatre fois. Le train, permet à la fois de souligner la modernité qu’implique un pont, mais aussi de donner du mouvement à l’œuvre. En 1899, Monet fit son premier séjour à Londres. La Tamise et ses ponts le passionnèrent. Il représenta le pont de Waterloo à différents moments de la journée, il se sert du thème pour expérimenter les variations de lumières comme il le fit avec les meules, la gare St Lazare ou encore la Cathédrale de Rouen. Le pont de Waterloo est idéal de part son arrière plan, les fumées qui sortent des usines soulignent le dessein de Monet. Le motif du pont c’est aussi l’occasion pour le peintre de jouer avec la représentation de l’eau, de comprendre la complexité des reflets. Le pont joue également un rôle dans la composition du tableau, il est cette ligne de fuite qui amène le regard au fond du tableau.

Claude Monet, Le Pont Japonais, vers 1918-1924. Huile sur toile, 89 x 115,5 cm. Fondation Beyeler, Bâle.
Claude Monet, Le Pont Japonais, vers 1918-1924. Huile sur toile, 89 x 115,5 cm. Fondation Beyeler, Bâle.

Quand Monet déménagea à Giverny, il installa un pont Japonais dans son jardin, ce dernier ne cessera d’être une source d’inspiration pour le peintre. Néanmoins, il n’est plus question d’industrialisation. Ici le pont est un prétexte à l’exaltation des couleurs de la nature. Dans ses dernières toiles, le motif du pont est presque indiscernable, il disparaît sous la touche du peintre. Si le style et les intentions de Monet n’ont cessé d’évoluer, le pont resta son thème de prédilection.

Pour découvrir le travail autour des ponts de Claude Monet rendez-vous à l’exposition Monet. Un pont vers la modernité au Musée des beaux-arts du Canada qui se déroule du 29 octobre 2015 au 15 février 2016 ou consulter le livre Monet publié par les éditions Parkstone international !

Image de couverture: Claude Monet, Le Pont du chemin de fer à Argenteuil, 1873. Huile sur toile, 60 x 99 cm.Collection privée.