Art and Design Art Exhibition Artist Ebook Français

CARAVAGE

Exposition: Discovering Caravaggio. Technical study and restoration of Saint Catherine of Alexandria

Date: Du 17 décembre 2018 au 26 mai 2019

Lieu: Musée Thyssen-Bornemisza, Madrid

Caravaggio-portrait
Portrait à la craie du Caravage par Ottavio Leoni

Si Caravage et son art restèrent dans l’oubli pendant près de 300 ans, force est de constater que, depuis le début du XXe siècle, une rédemption leur a été amplement accordée. Bien que banni (Poussin ne dit-il pas qu’il était venu pour détruire la peinture ?) et enfoui dans les méandres de l’oubli, son nom semble avoir pourtant surgi dans la mémoire collective à certains moments précis de l’histoire. À l’époque déjà, un contemporain de Caravage, Giovanni Baglione, avait su reconnaître l’importance de celui-ci en tant que précurseur d’un style résolument moderne. Quoique constatant chez l’artiste ce grand désir d’être à la recherche de « la ferveur publique, qui ne juge pas avec les yeux, mais regarde avec les oreilles » et d’avoir poussé de nombreux jeunes artistes à prêter attention exclusivement au coloris, et non pas à la composition des personnages, il décrit tout de même ses oeuvres comme étant « faites avec la plus grande application, de la façon la plus exquise ».

Caravaggio-Extase-de-saint-François-d’Assise
Extase de saint François d’Assise, 1594.
Huile sur toile, 92,5 x 128 cm.
Wadsworth Atheneum Museum of Art, Hartford, Connecticut.

À cet instar, le mécène de Caravage, le marquis Vincenzio Giustiniani di Bassano (1564-1637), ne doutait pas du grand génie de l’artiste de son vivant. Dans une lettre adressée à l’avocat Teodoro Amideni, ce dernier reprend le point de vue du peintre qu’il considérait comme décisif : « comme le disait Caravage, il lui en coûtait autant de soin pour faire un bon tableau de fleurs qu’un tableau de personnages » — « parmi les peintres de premier choix, nous avons notre Caravage ». Caravage peignit également pour lui son Cupido a sedere (Amour vainqueur), et, lorsque le tableau d’autel avec saint Matthieu pour la chapelle Contarelli à San Luigi dei Francesi fut refusé par la congrégation, le marquis décida de l’acquérir.

Caravaggio-Les-Musiciens
Les Musiciens, vers 1595.
Huile sur toile, 92 x 118,5 cm.
The Metropolitan Museum of Art, New York.
Caravaggio-La-Diseuse-de-bonne-aventure
La Diseuse de bonne aventure
(deuxième version), vers 1595-1598.
Huile sur toile, 99 x 131 cm. Musée du Louvre, Paris.

Quant à l’historien d’art Giulio Cesare Gigli, il se répandit également en éloges dithyrambiques sur l’art de Caravage à propos de la pittura trionfante : « Voici ce qu’est le grand Michelangelo Caravage, un peintre grandiose, la merveille de l’art, le miracle de la nature. » Par ailleurs, au XVIIIe siècle, dans une lettre adressée à Giambattista Ponfredi, le 20 octobre 1765, le directeur de l’Académie espagnole à Rome, Francisco Preziado, décrit le peintre Caravage comme étant le fondateur d’une école à laquelle appartiennent désormais Ribera et Zurbarán. Et si la période classique vit de temps à autre surgir l’évocation de ce peintre tumultueux, ce fut plus particulièrement pendant la période romantique que se porta un intérêt ponctuel pour l’initiateur du Baroque. Le grand philosophe Schopenhauer (1788-1860) aussi lui prêta attention, mais d’un point vue d’expert, ce fut le professeur Waagen (1794-1868) qui chercha à décrire les caractéristiques de Caravage. Ensuite, d’un point de vue plus académique, ce fut l’historien d’art Manasse Unger (1802-1868) qui, dans ses Kritische Forschungen, fit des recherches sur les effets artistiques de ce peintre, et commença à rédiger une biographie de Caravage, plutôt complète pour l’époque, selon le jugement historique de J. Meyer. L’historien d’art Eisenmann chercha également à donner sens aux critiques fluctuantes concernant l’importance de l’artiste. Quant aux historiens Woltmann (1841-1880) et Woermann (1844-1933) ils firent un portrait littéraire du peintre dans le cadre du développement historique de la peinture. Ce furent des propos rares mais graves, étrangement réservés pourtant pleins de tension, que l’historien d’art Jakob Burckhardt (1818-1897), dédicaça à l’artiste dans la première édition du Cicerone. Force est de constater qu’ils furent à peine modifiés dans les parutions suivantes. Entretemps, des peintres comme Théodule Ribot (1823-1891) prirent entièrement parti pour le maître baroque et, d’une manière plus intentionnelle, cherchèrent à sauvegarder les théories de leur Caravage français, le maître Valentin de Boulogne. Tout ce qui resta encore à faire, dans ce domaine, fut un hommage historique, objectif, et la reconnaissance d’une dimension psychologique des oeuvres de Caravage et de son art, pour arriver, au-delà de l’enthousiasme littéraire, jusqu’aux mérites éternels du peintre.

Caravaggio-Narcisse
Narcisse, 1598-1599.
Huile sur toile, 110 x 92 cm.
Galleria Nazionale d’Arte Antica di Palazzo Barberini, Rome.

La vie de Caravage donna donc naissance à de nombreuses interprétations biographiques, toutes dominées par la personnalité violente et extravagante du peintre. L’une de celles-ci, composée sous forme de poème, est la fameuse Notizia écrite par Mancini (dont une traduction figure ici, au chapitre 3) qui relate les événements majeurs de la vie de Caravage. Selon ce poème et d’autres sources historiques, Michelangelo Merisi naquit en septembre 1571, probablement le 29, le jour de la saint Michel archange, à Milan où travaillait son père comme contremaître et architecte de Francesco Ier Sforza, marquis de Caravaggio. La prédisposition pour la peinture dont fit preuve assez tôt l’enfant pourrait lui avoir été transmise par son père. Cela contredit les écrits de Bellori (dont une traduction figure ici, au chapitre 3) selon lesquels l’artiste, né d’un père maçon, aurait comme son contemporain Polidoro, porté dès son plus jeune âge les seaux de chaux et les enduits destinés aux fresquistes. Il semble cependant assez probable que Michelangelo ait hérité de ses ancêtres un certain talent, bien que certains biographes aient voulu en minimiser la signification. Quoiqu’il en soit, ses parents étaient donc d’honorables membres de la cité. Son père, étant intendant du marquis, jouissait d’une protection certaine dont Caravage allait bénéficier toute sa vie. En 1576, la peste qui s’abattit sur le duché de Milan obligea la famille de Michelangelo Merisi à fuir Milan pour la petite ville de Caravaggio où l’artiste passa son enfance. Quelques mois après l’exode, Michelangelo Merisi perdit son père à l’âge six ans.

Caravaggio-Jupiter-Neptune-et-Pluton
Jupiter, Neptune et Pluton, 1597-1600.
Plafond peint à l’huile, 300 x 180 cm.
Casino Boncompagni Ludovisi, Rome.

Sept années plus tard, le 6 avril 1584, Caravage entra en apprentissage chez le peintre Simone Peterzano à Milan, où il étudia avec assiduité pendant quatre ou cinq ans, quoique se livrant déjà de temps à autre à quelques extravagances causées, diton, par son tempérament excessif et emporté.

Caravaggio-École-caravagesque-Les-Joueurs
École caravagesque, Les Joueurs d’échecs.
Huile sur toile.
Galleria dell’Accademia, Venise.

Pour mieux connaître , continuez cette passionnante aventure en cliquant sur: AmazonFrancenumilog , youboox , DecitreChapitreFnac France , FnacSwitzerland ,  Librairiecharlemagne.com , Bookeen ,  Cyberlibris  , Ebook GalleryGoogleBook Amazon Canada , Renaud-BrayArchambaultLes Libraires , Overdrive ITunesKobo.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.