Artist Ebook Français

Da Vinci et ses passions cachées

Leonardo-da-Vinci-banner-French

Exposition: Leonardo da Vinci (1452 – 1519)

Date: 24 octobre 2019 au 24 février 2020

Lieu: le musée du Louvre

Le texte ci-dessous est l’extrait du livre Gay Art: écrit par James Smalls , publié par Parkstone International.

Léonard de Vinci a longtemps été considéré comme la synthèse du génie universel pour ses réalisations dans les arts et les sciences. Il est, avec Michel-Ange, la figure de la Renaissance italienne sur laquelle on a le plus écrit. Bien des écrivains et des érudits se sont passionnés pour l’orientation sexuelle de Léonard et ses effets sur ses travaux artistiques et scientifiques.

Was-Leonardo-da-Vindi-homosexual-1
Portrait de Léonard de Vinci, 1808.

Les interprètes de l’art et de la vie de Léonard se sont servis de ses notes et de ses carnets, du choix de ses employés, de l’androgynie de certains des personnages qu’il a peints, et de sa réputation chez ses contemporains pour évaluer son homosexualité. L’attirance de Léonard pour de très jeunes hommes fait partie d’une réputation généralement retenue à l’époque contre nombre d’érudits florentins du XVIe siècle. Deux fois en 1476, alors qu’il était apprenti dans l’atelier florentin de Verrocchio (Andrea di Francesco di Cione), Léonard fut accusé par l’Office de la Nuit – magistrature spéciale instaurée pour contrôler l’activité homosexuelle – de commettre la sodomie avec un apprenti de 17 ans nommé Jacopo Saltarelli. Léonard et les deux autres hommes furent finalement acquittés et les charges furent ensuite abandonnées.

Leonardo_da_Vinci_-_Saint_John_the_Baptist
Léonard de Vinci, Saint Jean-Baptiste, 1513–1515. Huile sur bois, 69 x 57 cm.
Musée du Louvre, Paris.

En 1568, la réputation de Léonard fut de nouveau compromise lorsqu’un sonnet satirique, écrit par le théoricien de l’art Gian Paolo Lomazzo, parut sur le sujet de l’amore masculino. Le sonnet évoquait Léonard se vantant de sodomiser son beau et jeune apprenti « très souvent ». L’assistant en question était Gian Giacomo de’ Caprotti, à la chevelure blonde et bouclée, aux traits androgynes et qui a peut-être servi de modèle pour Saint Jean-Baptiste. De’ Caprotti n’avait que dix ans quand Léonard le prit comme apprenti en 1490.

Leonardo-da-Vinci-Saint-John-the-Baptist-Bacchus
Léonard de Vinci (atelier), Saint Jean-Baptiste Bacchus, 1510–1515.
Huile sur bois transposé sur toile, 177 cm x 115 cm.
Musée du Louvre, Paris.

Dans ses carnets, Léonard se référait affectueusement à de’ Caprotti, l’appelant « Salai » (petit diable) parce qu’il était, selon lui, « voleur, menteur, têtu, glouton ». Malgré le caractère suspect du jeune apprenti, Léonard le garda comme assistant pendant vingt-cinq ans et dessina ses traits doux et ses boucles blondes (Saslow, 89). Léonard couvrit Salai de vêtements fins et de bijoux et fit avec lui plusieurs voyages en Europe.

Salai ne fut pas le seul. Léonard permit à plusieurs jeunes gens de devenir ses apprentis pour leur beauté plutôt que pour leurs talents. Parmi eux, Cesare de Sesto, Boltraffo et Francesco Melzi. Malgré son amour des garçons, Léonard n’était absolument pas un libertin fanfaron. Sa vie et ses choix ascétiques furent une lutte douloureuse pour trouver la réconciliation entre ses tendances homosexuelles et les exigences de sa haute morale exaltée par sa croyance dans les idées de beauté et de spiritualité physique trouvées dans le néoplatonisme de Ficin. Le Saint Jean-Baptiste, Bacchus et le Portrait de Mona Lisa, dite La Joconde, de Léonard sont parmi les oeuvres qui révèlent une homosexualité sublimée et une recherche passionnée de l’androgyne dans les anges, les saints et les images du Christ.

Leonardo da Vinci Mona Lisa
Léonard de Vinci, Portrait de Lisa Gherardini, épouse de Francesco del Giocondo, dite Mona Lisa, la Gioconda ou La Joconde, vers 1503–1506.
Huile sur panneau de peuplier, 77 x 53 cm. Musée du Louvre, Paris.

Le premier ouvrage de psychologie important qui mit l’accent sur la signification de la sexualité énigmatique de Léonard pour comprendre sa créativité fut Un Souvenir d’enfance de Léonard de Vinci, de Sigmund Freud (1910). Léonard laissa près de 2000 pages de notes à partir desquelles Freud affirma que l’artiste était un homosexuel sublimé et attribua son homosexualité à une fixation à la mère et à un retard dans le développement du processus de l’OEdipe.

Pour mieux connaître , continuez cette passionnante aventure en cliquant sur: AmazonFranceAmazonCanadaAmazonGermanAppleKoboGoogleBooknumilogyoubooxDecitreChapitreFnacFranceFnacSwitzerland, Librairiecharlemagne.com, BookeenCyberlibrisEbookGalleryRenaudBrayArchambaultLesLibrairesOverdriveParkstone.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: