Français Scandal of the month Shelley’s Art Musings

Shelley’s Art Musings – STREET ART: Pleins feux sur D*Face (Dean Stockton)

Going-Nowhere-Fast
N’aller nulle part rapidement

Je suis un grand fan des arts de la rue. En fait, à côté des œuvres d’art sur les mythes et les légendes, c’est probablement l’un de mes genres préférés. C’est un art polyvalent et avant-gardiste, et un paysage en constante évolution dans le monde de l’art. Il apporte de l’art aux masses qui voient l’art comme quelque chose qui est coincé dans les galeries, et surtout il apporte de la couleur aux zones urbaines qui pourraient être essentiellement toutes concrètes.

D*Face (Dean Stockton), est né en 1978 en Angleterre, et jusqu’en 2008, son identité d’artiste de rue était gardée secrète, car il ne pensait pas que son public avait besoin de connaître son identité pour apprécier son travail. Vous pouvez voir quelques-unes des premières œuvres de D*Face autour de Shoreditch à Londres, notamment la voiture accidentée avec sa bombe ailée qui l’a écrasée, sur le toit de certains conteneurs d’expédition.

D-Face-1

D*Face est un membre prolifique de la communauté de l’art de rue, avec des pièces disséminées un peu partout. Il produit des pièces depuis 15 ans et c’est un de ceux que je surveille avidement. Son style est comique, pop art, mélangé à un peu de mesquinerie et d’humour sardonique.

Bien qu’il vive et travaille à Londres, D*Face a l’impression que Los Angeles est son chez lui, tout simplement parce qu’on y trouve une grande communauté du street art, permettant aux artistes de peindre des fresques murales sur des panneaux d’affichage et des bâtiments d’une manière que le Royaume-Uni n’a pas encore tout à fait adoptée.

Il est difficile de devenir un artiste de rue connu. C’est une arène où la concurrence est féroce et où la lutte pour peindre des murs et s’y maintenir est l’un des enjeux. Seuls les artistes connus obtiennent que leurs œuvres soient commandées et conservées. Beaucoup commencent de la même façon maintenant, en faisant des autocollants de motifs, et en les appliquant sur des poteaux de signalisation, des échanges et à peu près partout où ils seront vus. Les autocollants ont ensuite évolué vers des affiches et ainsi de suite jusqu’à ce que l’artiste soit reconnu. C’est la voie que D*Face a empruntée.

D*Face n’a pas commencé comme artiste de rue. Pendant un temps, il a travaillé dans la publicité, et l’attrait de voir comment les médias pouvaient placer des placements pour des campagnes partout et à peu près n’importe où est l’un des facteurs déterminants de l’approche de D*Face.

D*face a quelques motifs, la bombe ailée par exemple.

D-Face-Airborne-Cavalay

 Vous pouvez voir les ailes dans de nombreuses œuvres de D*Face, comme “Going Nowhere Fast”, où la bombe blonde a les ailes à sa tempe (oui, je sais que je l’ai appelée une bombe !). L’art lui-même a pour thèmes l’amour, les relations et la perte.

Pour moi, l’art de D*Face, comme cette pièce, rend hommage à l’œuvre de Roy Lichtenstein, mais donne un commentaire social sur ce qui l’entoure. Le couple stylisé semble voyager à toute allure, mais il est coincé pour l’éternité dans cette pose immobile. Il est zombiesque, tandis qu’elle garde son calme de Femme Fatale. Le mâle en décomposition pourrait être une relation qui tourne au vinaigre ou le souvenir d’une relation passée. La beauté de cette œuvre est que chacun peut trouver sa propre signification à ce qui a été peint.

On peut facilement trouver l’influence de ses jours de publicité dans son travail également, en s’appuyant sur le style de vie consumériste que beaucoup d’entre nous mènent aujourd’hui. Il se peut que l’artiste ait été élevé dans un foyer, et que la culture du jetable lui soit donc peu familière en grandissant.

D-Face-2-1
American-Depress-MonsterCard-2008

Le billet de banque défiguré et la carte de crédit faisaient partie de l’exposition “Stolen Space (Espace volé)” de 2008. Cette moquerie de la monnaie à laquelle sont habitués les objets dont nous n’avons pas besoin, que nous ne pouvons pas emporter avec nous quand nous sommes morts, faisait partie de la gamme “Mort et gloire” de cette exposition.

La popularité de D*Face est probablement à attribuer à sa capacité à garder son travail frais et à concevoir des designs suffisamment différents pour ne pas devenir identiques. Il a plusieurs styles qu’il applique et qui plaisent à différents publics dans le monde entier. Il travaille dans la peinture, l’imprimerie, la sculpture et les peintures murales et a également publié des livres sur ses œuvres d’art.

Ses œuvres aux couleurs simples et éclatantes attirent le regard sur ses créations, parfois en utilisant des personnages emblématiques qu’il élabore dans son propre style, et communiquent la folie de la vie en général.

Dog-Save-The-Queen

Il y a souvent un élément de délabrement ou de mort dans les dessins, ce qui rappelle notre propre mortalité, mais ce n’est en aucun cas morbide. Pour moi, le travail de D*Face semble dire : “Amusez-vous tant que vous le pouvez, la vie n’est pas si sérieuse, alors asseyez-vous et profitez de la balade ».

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.